6

Mhh, ah ça c'était bon. Même si ça ne ressemblait pas à la photo du gros livre de Cuisine de Marie-Claire. Aussi, je ne l'avais pas présenté pareil.

- "Une salade de poulet", ai-je répondu à la question "qu'est-ce-qu'on mange?".
- "Ah bon bof.
- Euh, elle a l'air super, et en plus il y a de la semoule avec!
- Bon ouais bon. T'as besoin de quoi?
- ben, deux filets de poulet."

C'est bon, je vais pouvoir essayer une nouvelle recette, après l'argumentation préalable à toute nouveauté en cuisine. Je suis super contente parce que dans la recette il y a des pignons de pin, et ça j'adore toujours, et des câpres, alors ça c'est encore un cran au-dessus. Et en plus je vais pouvoir tester le pochage, oui c'est bien ça, je vérifie dans le Robert, et ça n'existe pas.
Et en plus je vais pocher de la viande pour la première fois de ma vie! J'adore les nouvelles expériences culinaires, ça me rappelle toujours chimie 2000. Mais j'ai plusieurs a priori: pocher, ça fait régime (pas de ça chez moi), je n'en garde pas un bon souvenir (cuisine anglaise), et peut-être même que ça pue! C'est là que je me revois faire du couscous par exemple, et que bêtasse que je suis, j'ai déjà fait pocher de la viande! C'est donc le premier essai pour juste cuire la viande.

Je fais boullir l'eau, et je dépose mes pauvres filets de poulet ailleurs que dans une poêle, avec du gras.
Eh bien c'était super! j'ai bien observé, c'était cool. J'ai su d'instinct quand c'était cuit.
Une fois la viande découpée, problème: c'est sûr que ça ne suffit pas pour un repas, et l'accompagnement de semoule à couscous avec lequel j'ai vendu ma recette pour qu'elle soit acceptée, c'était avec une autre salade de poulet. En effet dans celle-ci, la sauce est base mayo, et avec la semoule, quelqu'un a déjà goûté?
Ok, plan B, pommes de terre à l'eau, plus raisonnable avec de la mayo (belgian style).
Blablabla, je mélange tout, c'est magnifique!
Le poulet, au frais!
Je dresse mes assiettes: les patates chaudes, jaunes, superbes, et dessus, les lamelles de poulet luisantes de sauce, avec du persil et les câpres pour redonner de la pêche visuelle.
Et les pignons, touche finale!

Malheureusement, je n'ai pas très bien réussi à dessiner ce plat pourtant bien gentil:

18_08

Monsieur est tout content, comme d'habitude, c'est un peu grâce à lui tout ça (oui Monsieur!).
C'était tellement bon, le froid du poulet et le chaud des pommes de terre, que je vous conseille pouce en l'air cette salade / plat, transition idéale de l'été à l'automne. Le plat de la rentrée tiens!

Salade de poulet aux pignons de pin:
1 jaune d'œuf
1 c. à café de vinaigre balsamique
125 ml d'huile d'olive
2 filets d'anchois finement hachés
3 blancs de poulet pochés en morceaux
50 g de câpres rincés et égouttées
30 g de pignons de pin grillés
70 g de raisins secs
10 g de persil grossièrement haché
le zeste d'1 citron

Dans un bol, fouettez le jaune d'œuf et le vinaigre. Ajoutez l'huile en filet tout en continuant à fouetter pour obtenir une mayonnaise épaisse.
Intégrez-y les anchois, salez et poivrez. Réservez.
Dans un saladier, mélangez le reste des ingrédients et remuez délicatement. Assaisonnez avec la mayonnaise aux anchois.
Servez dans des bols, saupoudré de poivre concassé.
Pour 4 personnes.

Que c'est simple !
Aménagements:
- Monsieur ne goûte pas trop les anchois, donc je les remplace régulièrement par quelques gouttes de nuoc-mâm
- pas de raisins secs sous la main, tant pis!

PS: en tant que novice du blog, j'ai une question: je vois souvent des recettes tirées de livres ou de magazines dans les sites. Faut-il demander une autorisation? Suis-je actuellemnt hors-la-loi? C'est pas mon genre, alors merci de lever ce doute en moi.

Bon ben, je vais faire une petite sieste moi!

à bientôt

La sieste.