du hachis parmentier au confit de canard.

C'est l'été, et l'été bizarrement, est la saison pendant laquelle j'aime manger le plus gras de l'année.
C'est simple, c'est l'inactivité qui m'y pousse.
Le reste de l'année, je me nourris de fromage et de pain, mais ça, c'est normal. Quand j'ai des envies de mayonnaise, de foie gras ou de confit de canard, pas manqué, c'est l'été. Je me vois grossir en attendant que l'activité reprenne son plein, tout simplement.
Justement ça sent la fin de l'été, alors je mange sans plus me poser de questions. La fin de l'été est une période tellement triste, on est obligé d'être nostalgique des terrasses, on n'a pas envie de se remettre déjà aux petits pulls du soir. Eh ben si. Le récent post de Mercotte était trop triste pour ça, pour l'automne déjà là en Savoie. Alors hachis parmentier de confit de canard, pour que l'été dure toujours!

J'ai fait la fainéante en choisissant la recette sur cooking 2000 (mais le nom du site me plaît trop!): bon en gros de la purée et du confit.

Et j'ai galéré! Je devais être malade!

Dans le blog avis aux gourmands, je vois qu'on peut dépiauter le confit à froid, avant de le faire chauffer. Bien! Ca m'évitera de me brûler les doigts la prochaine fois!

18_08_7

ouh, mais non c'est pas gras le confit, je suis d'accord! Ok, c'est que la peau qui est grasse, mais pas à moitié par contre.
Je me suis brûlé une deuxième fois les doigts avec les patates chaudes.
J'en avais marre!
Quand j'ai vu le temps que ça allait prendre d'écraser le confit à la fourchette, j'ai tout mis dans le magimix, faut pas pousser!
Bon, j'ai mis un coup de bzit de trop, la prochaine fois j'y irai plus mollo, là c'était frangé de chez frangé!

Bon point: ne pas éplucher les pommes de terre pour faire la purée: elle n'a ainsi pas du tout le goût d'eau que je lui reproche à tout va, quand j'épluche et coupe les pommes de terre avant de les faire cuire. A ce sujet, j'avais vu dans un carte postale gourmande un chef de cuisine italienne faire des gnocchi (superbes). Petitrenaud lui dit: "ah mais alors, vous n'épluchez pas les pommes de terre pour la purée?", et là, le cuisinier répond: "ah non, elles seraient trop pleines d'eau !"
(dialogues approximativement retranscrits, voire même peut-être rêvés dans un demi-sommeil).
Mais je ne lisais jamais de recettes de purée dont les pommes de terre n'étaient pas épluchées avant cuisson, donc je réservais cette botte secrète à des gnocchis, un jour, jamais peut-être, et là je tombe sur la recette de purée de cooking 2000 (trop fort), et j'ose enfin.

5

De plus, ils ne s'embarassent pas de lait, c'est tout crème et beurre, alors hein, comme c'est l'été, ça m'a convaincue! Pour conclure, c'était très bon, et il m'en a été redemandé quand je veux. Ca finit bien quoi.

2

J'essaierai, la prochaine fois, la version du parmentier au canard avec du céleri qui doit être plus subtile, repérée à plusieurs endroits sur le net.

Le lendemain, je me suis calmée sur les calories, et j'ai fait un repas vert (très différent du repas jaune): salade de mesclun, avocat, cœur d'artichaut et pignons. C'est très joli, très frais et très detox. Par contre ce n'est pas de la gastronomie, pas très surprenant, à part la surprise de ne pas cuisiner: quoi, il suffit de mettre des ingrédients dans une assiette? En plus bien sûr, ce n'était pas une recette, alors je crois que j'étais perdue (combien faut en mettre? ). Accro de la recette.

18_08_2

Après avoir mangé ce repas tout bizarre, il me restait du mesclun et des artichauts, alors j'ai fait un pesto, avec des noix, de l'ail, des câpres, et de l'huile. Merci mon magimix, tu es super!

3

Je n'ai pas de pilon, alors désolée pour les puristes du pesto. Par contre je mange souvent du pesto, et bizarrement à base de salade. Héhé. Oui bon la salade c'est bon, mais il ne faut pas que j'en mange trop, ça m'agresse. Et puis je trouve que ça a toujours le même goût!

18_08_5

J'ai mangé ce pesto avec des macaroni. Pour le lier, je le dilue avec trois cuillères d'eau des pâtes en train de cuire. Comme j'avais oublié de mettre du parmesan dans le pesto, je me suis rattrappée au moment de déguster. Ce sont mes pâtes au pesto sans façon, et je les adore. par contre, je suis un peu la seule!

Allez à demain, il est pour moi temps de fermer les yeux!

la sieste