ça fait quelque chose de se lancer sur l'internet!

Bonjour à tous. Je suis complètement speedée de commencer ce blog, j'espère que cela vous rappelle vos débuts.

L'argument de mon blog: ce que j'ai envie de manger, l'envie du jour, bien souvent accessible et réalisable, et c'est ce qui fait le bonheur!

Je navigue depuis quelques temps sur les blogs de la communauté des passionés de cuisine, et j'ai pu remarquer la beauté des photographies, du travail de pro.
En ce qui me concerne, comme mon appartement est éclairé, hum, à l'ancienne, et que j'ai la chance d'avoir une expo nord, j'ai bien pu constater que les photos que j'essayais de prendre étaient très, comment dire, jaunes. Même la retouche n'y pouvait rien, mon pauvre logiciel était dépassé. Pas grave, j'opte pour des croquis, et même je les fais après avoir mangé! (Spécial dédicace à tous les bloggeurs qui salivent en prenant les photos!). Et si mon assiette n'avait pas la présentation du siècle, eh bien ça peut toujours s'arranger! Car là encore, il y a des maîtres en la matière.

2

Bon, pour mieux faire connaissance, j'ai vu que ça se faisait, alors je vais rédiger mes dix trucs de cuisine:

1- J'ai toujours des idées à la dernière minute, ce qui m'ammène à oublier les basiques, faire cuire le riz par exemple! De plus j'ai une gazinière pas aussi puissante qu'elle ne s'en donne l'air. Alors j'utilise la bouilloire: avec 1,7l, je mets le riz à cuire, et je rajoute 1,7l 2 minutes plus tard, pour obtenir une quantité d'eau suffisante, et en 13 minutes tout compris, j'ai mon riz (en 10 j'ai mes pâtes, ...).

4

2- J'aime bien recevoir, et quand je n'ai pas trop d'idées (ou surtout de temps) pour l'apéritif, je fais des rillettes de thon: dans un bol, mélanger un jaune d'œuf et une cuillère à café de moutarde. Saler, Poivrer. Ajouter un peu d'huile d'olive en remuant, puis de l'huile de tournesol, jusqu'à obtenir l'équivalent de 4 cuillères à soupe de mayonnaise souple. Egouttez une boîte de thon au naturel, et émiettez-la dans le bol vace une fourchette. Tournez, malaxez, triturez jusqu'à ce que le thon prenne une consistance de rillette, en se mélangeant avec la mayonnaise. A la fin, ajoutez pas mal de ciboulette surgelée (3 cuillères à café au moins). Pour la tartiner, souvent, pas trop de temps! Au début, je m'acharnais à la fourchette, à la cuillère! Quel temps pour rien! Maintenant, je mets des noix de rillettes à la main sur les toasts, comme ça j'appuie bien, et je passe un coup de fourchette ensuite, pour faire croire que j'ai tout manipulé sans les mains (plus classe, plus clean).

3- Je fais confiance à ma tête qui est après tout un ordinateur. Si j'oublie quelque chose consciemment, il y a toujours un petit bip qui vient me le signaler à temps. Merci ma tête, tu es trop forte!

1

4- Rubrique échec: je n'ai jamais fait de beurre clarifié, et je n'ose pas acheter de ghee, pourtant quel nom séduisant! Je me cache à chaque fois que je fais une recette méditérranéenne.

5- Pour économiser de l'argent et pouvoir ainsi acheter plus de foie gras, j'allais à la bibliothèque de tous les arrondissements de Lyon pour emprunter les livres de cuisine, et après je les lisais intégralement, je les marquais avec des petites lamelles de papier, et j'allais soigneusement les photocopier à l'autre bout de la ville, là où c'est pas cher.
Maintenant, j'ai découvert les blogs de cuisine et la vie est belle! Il me reste bien plus de temps pour cuisiner! Et je conserve le plaisir, une fois les recettes imprimées, de les patafixer sur mon mur bleu devant mon plan de travail. Quel bonheur!
Bien sûr, j'achète aussi des livres, que les éditeurs se rassurent!

6- Pour faire cuire les aubergines, c'était toujours l'horreur! Soit elles étaient grasses comme une vieille peau grasse, soit pas assez cuites et là c'est vraiment pas bon, soit je les cuisais à l'eau, et on croyait manger de l'éponge. Alors j'ai trouvé la solution: pour faire la moussaka, ou un "millefeuille" aubergine / feta par exemple, je coupe mes aubergines (avec la peau, j'adore), je les passe 5 minutes dans l'eau bouillante, hop elles sont cuites, et je les sèche ensuite sur un grill bien chaud, en appuyant bien avec une spatule, elles rendent toute leur eau. Ensuite je les mets dans un plat et je les arrose d'un peu d'huile d'olive, hou, elles ont soif, elles boivent tout, alors je ne leur en donne pas trop. Et elles sont délicieuses et toutes luisantes!

7- Il y a dix ans j'ai inventé une recette géniale de tarte aux noix avec un mélange crème patissière / pralin à chaud qui faisait une réaction magique, mais je ne la fais plus, car je ne suis plus trop sucre. La sagesse quoi. Peut-être que ce blog me redonnera le goût de re-tenter, en plus l'automne, c'est carrément la saison, mais on en est pas là, encore un peu d'été.

3

8- Quand je reçois, en dessert, je joue souvent la facilité, et je fais les petites crèmes au chocolat du gros livre "cuisine" de Marie-Claire: du chocolat, de la crème fleurette, un œuf, de l'extrait de vanille, un peu de sel et zou, au frigo. J'ai toujours les ingrédients sous la main, même quand je crois que je ne les ai pas: mon ordinateur de tête qui a mis le chocolat tout seul dans le panier! Merci encore ma tête, j'adore! Quelques langues de chat, ou des cookies, et tout le monde est content. Plus la crème reste longtemps au froid, plus elle se texturise "bonbon". Elle prend 5 minutes à faire, est inratable, et laisse du temps pour le reste. Bien sûr, les grandes pâtissières ne sont pas concernées!
A le demande de julie, la recette:

Crèmes au chocolat

200 g de chocolat noir en morceaux
300 ml de crème fraîche
1/2 c. à café d'extrait naturel de vanille
1 œuf
Mettez le chocolat et la crème dans une casserole et faites chauffer à feu doux en remuant sans cesse (ça me rappelle le risotto tiens!). Quand le chocolat est complètement fondu, ajoutez une pincée de sel et l'extrait de vanille puis l'œuf battu. Laissez sur le feu en remuant régulièrement pour faire épaissir la crème. Versez-la dans six petits pots et mettez-la au moins trois heures au frais. Servez avec des tuiles aux amandes. pour 6 personnes.

5

9- Je fais toute ma vaisselle au fur et à mesure parce que c'est trop déprimant ensuite, et que je ne suis pas mon père: il est cuisinier pro, donc il a l'habitude de la plonge, et s'il nous régale à un repas de famille, il laisse mille gamelles, et allez les femmes, au boulot! Un vrai macho, mais juste pour ça, le reste du temps, c'est une crème, un vrai bavarois aux framboises! Pour continuer de lui rendre hommage, il m'a "appris" à ne pas cuisiner "comme une bonne femme": ça, il déteste! En gros, c'est utiliser des récipients et des casseroles trop petits (juste de la taille du contenu, donc dès qu'on y touche, qu'on y remue ou qu'on y fouette, ça déborde), ou encore radiner sur les gamelles en vue de la vaisselle (il faut ce qu'il faut, même si c'est beaucoup).

10- Bon allez bien sûr, je suis FOLLE si mon homme me critique un plat ou une cuisson, mais bien sûr je prends toujours en compte ses remarques (sauf si elles sont trop fausses !), et bien sûr, il a souvent raison. Je remercie donc la critique d'exister (même si je crie au début hein!), alors n'hésitez pas à être sincère sur ce site, comme ça je pourrai vous laminer, et vous adorer la minute d'après.

Pour conclure, j'aime la cuisine... Que c'est beau!

à très bientôt, j'espère tenir un rythme et instaurer un rdv avec vous chers futurs lecteurs,

La sieste