tartefraise_0001tartelettes2

Je répondrai à cette question en fin de message.

Bon blablabla
les pralines, blablabla, je les adore, elles sont trop belles et trop
intelligentes, blablabla, c'est leur faute si j'écris jamais de
message! Ah, paf, dans ta face! Non, c'est pure mauvaise foi!!

Alors,
je dois vous livrer un secret sur les pralines: elles adorent le
chocolat! Ca alors! Comme 99% de la blogosphère, car je sais de source
sûre que nous ne sommes que deux ou trois à acheter moins d'un kilo de
chocolat par an. Et de plus, oubliez-moi chères choco-pas-ooholiques,
car j'ai changé de crémerie. A force de fréquenter ces pralines, il est
arrivé le temps fatal du fatal atelier chocolat où nous avons appris à
faire du fatal caramel au chocolat: j'ai ouvert pour la première fois
de ma vie un pot de glucose, et va savoir pourquoi, j'ai acheté deux
kilos de chocolat. De fait je sais pourquoi: parce qu'il n'était pas
cher, un très bon rapport qualité prix, du style "la clio du chocolat",
pour comparer avec la rolls du chocolat: valrhona et le compte en
banque situé en Suisse qui va avec.

Eh bien j'en suis très
contente. Certes il m'en reste plein alors que
l'atelier était début avril, donc il me faut bien penser
de temps en temps à des recettes inédites, sans fromage, et avec du
sucre, pour utiliser ceux qui sont devenus mes nouveaux copains. Ils
sont pleins! Dans ma tête, ils sont comme ça

dessins

Dans la réalité, c'est plutôt ça:

chococopains

1kg
de noir et 1 kg de blanc, ouais, vive le métissage, on se croirait
revenu au défilé de jean-Paul Goude, et ça me met en joie!

Alors
puisque l'été est là, puisque l'été revient, mais que quand même, la
semaine dernière, on se serait cru en novembre, deux sortes de
tartelettes pour avoir le choix quelle que soit cette traîtresse de
météo, toujours imprévisible, inconstante et fugace météo, météo, qui
es-tu?

Ces deux séries de tartelettes sont réalisées avec la même
pâte sablée, celle de Maïté, qui m'a appris comment faire la meilleure
et la plus simple des pâtes sablées:

250g de farine tamisée
100g de beurre
75 g de sucre en poudre
2 jaunes d'œufs ou 1 œuf entier
1 pincée de sel

• Coupez le beurre en petits morceaux et laissez-le ramollir

dans un saladier, mettez la farine tamisée, le sucre, le sel et les
morceaux de beurre. Mélangez entre vos doigts (?). Ajoutez les jaunes
d'œufs ou l'œuf entier et malaxez à nouveau, jusqu'à ce que la pâte ne
colle plus. Faites une boule et laissez-la reposer une heure au
réfrigérateur.

Tartelettes aux fraises et au chocolat blanc, avec aussi de la menthe et du poivre:

Préchauffez le four th.6.

Passez rapidement une barquette de fraises sous l'eau, équeutez-les, et coupez les en deux.

Mettez-les
dans un petit saladier avec un peu de sucre en poudre, de la menthe
ciselée et deux bonnes rasades de poivre gris moulu. Remuez
délicatement avec une cuillère à soupe, en allant chercher les fraises
du dessous pour les mettre au dessus, et ainsi de suite jusqu'à ce que
vous sentiez qu'elles soient toutes sucrées, poivrées et menthées.
Réservez-les au frais, ou pas, si comme moi vous craignez plus que tout
le beurre à saveur de fraises. Couvrez votre petit saladier avec une
assiette à dessert, ça ira bien comme ça.

Etalez votre pâte
plutôt fine, enfin, du mieux que vous pouvez avec de la pâte sablée.
Découpez des cerles avec un emporte-pièce de la taille de vos moules en
silicones, vous savez faire ça très bien. Foncez les moules, et faites
des séries de petits trous avec une fourchette pour éviter que la pâte
ne gonfle. Au four pendant une dizaine de minutes, à surveiller de près
pour ne pas que les fonds brunissent.

Pendant ce temps-là,
faites fondre le chocolat blanc: faire chauffer un fond de casserole
d'eau et y placer un bol avec les bouts de chocolat blanc dedans
(chaque fournisseur a son nom attitré pour qualifier les "bouts" de
chocolat qu'il a mis dans ses gros sachets pour les pros: pistoles,
fèves, et bien ici ce sont les louis de DGF! Merci Cuisine Plurielle pour l'info!).
Au bout de quelques minutes, vous pouvez remuer votre chocolat blanc avec un fouet, il est parfaitement lisse et onctueux.

tartefraise

Garnissez
vos fonds de tarte d'une cuillère à café de chocolat blanc fondu, puis
posez les demi-fraises dessus, et batifolez artistiquement du chocolat
blanc dessus, à l'aide d'une cuillère ou d'une fourchette que vous
trempez dans le chocolat et que vous agitez comme un petit pinceau
au-dessus des malheureuses fraises qui sont désolées de ce spectacle,
surtout les miennes qui voient de gros pâtés de chocolat blanc les
ensevelir en lieu et place du doux quadrillage à la Pollock qu'elles
s'attendaient à revêtir.

Mais bon, qu'elles aillent se plaindre ailleurs!

N'hésitez
pas à parfaire ce délicieux dessert d'un nuage de menthe ciselée, et
voilà, un tour au frigo pour que le chocolat prenne, et à moi les
trente tartelettes aux fraises puisque monsieur guépard n'a pas osé y
toucher! Un vrai bonheur: vous les laissez dans le frigo, et à la
moindre faim, vous en avalez trois ou quatre, c'est génial! C'est hyper
"traiteur style", et tu te prends direct pour une baronne ou une
comtesse.

Si par malheur, votre château a sa toiture toute
trouée, qu'il fait froid, que logiquement vous grelottez, et que vous
êtes dégoûtées parce qu'il n'y a plus de saison, à vous les tartelettes
au chocolat noir et miel!

tartelettes2

tartelettes au chocolat noir et miel!

même pâte, même étalement et même cuisson que leur cousines aux fraises, la suite est simple:
faites
fondre 100g de chocolat noir de la même manière que le chocolat blanc,
et là, spécialement pour vous lecteurs attentifs, ajoutez une barre de 50g de
toblérone au chocolat au lait! Haha, finie la recette définitivement
trop "chocolat noir", car c'est pas bon le chocolat noir, c'est pour
les vieilles biques!

tartechoc

Maintenant que je suis fâchée avec les 2/3
de la blogosphère, il est temps de mettre un peu de miel au fond de
chacune de vos tartelettes, puis de recouvrir avec le chocolat fondu,
et hop, au frigo pour durcir.

Voici en coupe la magie de l'effet toblérone:

tartelettes

des cristaux de nougats épars et qui viennent nous distraire de ce satané goût de chocolat noir qu'il faut aimer pour apprécier.
J'ai
eu l'idée de faire ces tartelettes parce qu'avec ma sœur, nous
vénérions des petits gâteaux sur ce même principe, qui n'ont
malheureusement été fabriqués (par Lu je crois) que pendant très peu
d'années. Si quelqu'un s'en souvient, alors nous partageons là un
précieux souvenir.

Et maintenant réponse à la question posée par
le titre: mais sans hésitation, les tartelettes aux fraises et au
chocolat blanc. La menthe et le poivre ôtent toute niaiserie à cette
recette, et tout le monde adore, même monsieur guépard et ses copains
quand ils ont enfin osé y goûter! Ah les hommes, ces intrépides!

Donc
la prochaine fois, je commanderai 2 kg de chocolat blanc, et 1 kg de
noir. Ou 1kg de blanc et 500g de noir? A peine je réponds à une
question, que de nouvelles cognent à la porte, ça alors!

A la prochaine bande de saucisses adorées!