Oh c'est pas possible, c'est pas possible, c'est le plus beau jour de ma vie!
J'utilise des superlatifs extêmes, parce que c'est totalement justifié!

Déjà, je remercie Cléa et son open de tartines, et Sophie, pour son pain perdu salé

7

Vous êtes mes reines, je vais passer l'hiver avec vous!
J'aime manger, je suis gourmande, mais je sais m'arrêter. J'aime tester de nouvelles recettes, j'aime inviter, voilà, quand il y a du verbe manger dans l'air, ça m'intéresse toujours.
Mais il y a une autre catégorie, un chapitre complètement sauvage à mon amour de la nourriture. En fait, il y a amour et passion. Et ma passion, mon plat qui me fait tourner la tête et ne me la rend plus jusqu'à ce que j'en ai fait une overdose, c'est

la fondue savoyarde.

je l'avais mise en sourdine tout l'été, mais je savais qu'elle allait revenir, se rappeler à mes bons souvenirs. C'était un dimanche il y a trois semaines, ma copine Lawr (style Laure mais prononcé à l'anglaise) déménageait, et innocemment, j'étais allée lui prêtre main forte pour quelques heures. Elle avait débranché son frigo, dans lequel il ne restait qu'un paquet de mélange pour fondue savoyarde... attention, pas la mini-fondue président qui est débile, non: un mélange de trois fromages râpés gros comme il faut, et de marque Migros, ha, je vois les connaisseurs qui esquissent un demi-sourire. Celle avec du vacherin dedans. Rhhaa. Depuis, je n'ai plus toute ma tête.

6

Déjà, toute tourneboulée, je n'ai pas pensé à lui demander de me donner le sachet, ou me le vendre, ou à aller vendre mon corps sur les bords du rhône pour pouvoir l'acheter. J'étais hypnotisée. J'avais replongé!
Depuis, je réfléchis à mille manière de manger du goût fondue sans en faire une vraie car l'été est revenu, damned! Il me faut attendre. Oui je sais, certains mangent de la fondue en été, sans se priver, mais j'aime avoir un peu froid pour manger la fondue, ça fait partie du rituel de la passion.

Quand je regardais la télévision des heures sans savoir ce que j'allais me faire à manger, j'y pensais. Mais je n'avais pas la bonne idée. Avant de m'endormir, j'y pensais. Mais toujours pas la bonne idée. Et voilà t'y pas qu'hier, heureuse de gambader de site en site grâce à blog appétit, je tombe sur le pain perdu salé de sucré-salé. Tiens ça me fait envie! Et je lis le commentaire de Cléa qui propose de rajouter du saumon fumé. Je me dis banco, voilà ma tartine à poster pour Cléa, même si elle l'a déjà sur son site, c'est pas grave. Comme je l'avais écrit dans les commentaires sur le pain perdu, j'avais prévu de faire des toasts au saumon fumé pour le soir même, donc zou!

J'ai mis du parmesan comme fromage, et je trouve que déjà sans saumon, ça a belle allure, et la maison embaumait le fromage qui cuit (forcément une des odeurs qui me rendent folle, vous suivez, la passion de ma vie?).

2

Je goûte comme ça, c'est très bon, mais j'ai à peine assez salé, et moi, j'aime quand c'est bien salé.
Mais je me dis "tant mieux, car la truite fumée (oui en fait c'était de la truite fumée, spéciale promo de chez Monoprix à manger dès que tu l'achètes par contre), c'est bien assez salé, ça fera l'équilibre".
Et voilà les toasts, enfin, les tartines:

1

Nous les avons mangées chez la Saucisse, avec Lawr, Mariam et ce bon vieux Doun qui faisait une tête contente, et c'est pour ça que je lui ferai toujours des petites dédicaces: Doun, t'es le meilleur, tu es le plus grand des gastronomes! Un jour prochain, je ferai ton portrait, et je l'accrocherai dans ma cuisine, pour toujours être de bonne humeur!
Pour l'anecdote, nous avons bien sûr regardé le match de ligue des champions Lyon/Madrid, et comme Lyon a gagné, ça veut dire que je referai du pain perdu salé pour chaque nouveau match.

Bon, mais l'association truite / fromage m'a semblé imparfaite, je sentais qu'il y avait du potentiel dans ce pain perdu: avec du saucisson, avec du jambon? Nos origines savoyardes, à Doun et moi, nous faisaient trouver des idées de ce genre, jusqu'à ce que ce matin, mais bien sûr, ma tête connecte enfin ma recette savoyarde adorée avec le pain perdu: à moi le pain éperdu de fondue savoyarde!

Recette:
Couper 8 tranches épaisses dans de la baguette de la veille
Fouetter ensemble: un œuf, un peu de vin blanc, une cuillère à café de moutarde, et 20 cl de lait. Saler, poivrer.
tremper la baguette dans le mélange, en retournant les tranches pour absorber le maximum de liquide.
beurrer généreusement un plat à tarte, disposer les tranches serrées les unes contre les autres.
Couper en petits morceaux 150 g de fromages à fondue (abondance et comté pour aujourd'hui), auxquels j'ai rajouté 50 g de gruyère râpé. Les mettre dans un bol, saler, poivrer, ajouter une demi gousse d'ail haché, et un peu de vin blanc pour humecter le mélange. Répartir sur les tranches de pain, et mettre au four.

3

Alors, ça fait une heure que ces merveilles sont au four (même plus!) parce que j'ai eu la bonne idée de les préparer après avoir enfourné des tomates pour les sécher, ce qui prend 4h à th.2... héhé, je suis vraiment maso, c'est vraiment de la passion. Je vois donc mes tartines dorer et se confire toooouuuuttt dddooouuucucceeemmmmmeeennnnttt (vous pouvez lire ce passage avec l'accent suisse), et ça me rend dingue, mais à un point, je crois que je suis en train de vivre le climax de l'expérience culinaire. C'est pourquoi je ne veux pas sortir les tomates, monter le thermostat, mettre le grill, et passer à table en cinq minutes. Non, je veux attendre, parce que c'est trop bon! C'est bien ça la passion docteur? Je l'ai trouvée!

Voilà les deux tartines qui restent après dévorage hagard, les yeux dans le vide, de toutes les autres, trop chaudes, pas grave.

4

Bon, ces tartines sont encore meilleures un peu refroidies, quand le pain redevient croustillant, et moi qui les ai presque toutes mangées chaudes et encore un peu molles... Oh zut, il faudra que j'en refasse (héhé, aïe, ouch, c'est trop bon!)