Héhé, hinhin,...
Hé oui, je ricane toute seule!
Je ricane bêtement comme cela arrive en lendemain de fête. Car hier, plutôt que de manger, j'ai bu. Bravo l'idée! Tout a commencé mercredi.
Je dois vous dire que j'ai commencé ce blog la semaine dernière, et que c'est une expérience extrêmement enrichissante. Du genre qui vous donne envie de fêter ça, lorsque j'ai eu reçu ma première dizaine de commentaires d'encouragement tous plus gentils les uns que les autres. Donc mercredi, première participation à blog appétit, j'avais posté ma quenelle, j'étais heureuse, et je suis passée voir Sylvain, le roi du cosmos entier. Et il a commencé à me faire goûter le marsala qu'il avait acheté à Suse (spécial dédicace à Dorian et Marie ), et là, franchement, on s'est retrouvé à avoir bu toute la bouteille, puis nous sommes allés gaiement chez Doun et Momi (hahaha, héhé, hinhin, je les aime trop ces pseudos... hinhin), et là, bah oui, on a continué! Note positive: une très bonne tarte aux oignons dont je vous reparlerai. Ah, mais, voilà ce qui nous a donné l'énergie de continuer de plus belle! Allez on sort! Et là... ben voyons, ti punch! Avec le sucre de canne et le citron vert, et le rhum hein! C'est bien ça! Ça tape dans la tête le lendemain! Ouais, on s'en fout! Bendidonc, je l'ai bien fêté mon blog!

8

Heureusement en rentrant j'ai suivi les judicieux conseils de Caroline et ses culinotests: 1 ibuprofène et 1 litre d'eau (c'est long, et c'est pas bon, mais ça sauve).
Alors aujourd'hui, pour me remettre l'estomac en place, rien de tel qu'une bonne assiette de pâtes, à la bolognaise de préférence. Mes désirs sont mes ordres:

3

Mais que c'est bon! Encore meilleur en milieu d'après-midi, avec un bon magazine à feuilleter! Oh mais qu'est-ce que je suis bien là chez moi, tranquillou, mais c'est le top!

Allez, maintenant on passe aux choses sérieuses. Mon père vient manger demain. Et je vous rappelle que mon père est cuisinier à l'origine (maintenant il est inventeur de, de, de ? De quuuoooiiiiiii ???? Ah nan j'vous l'dirai pas, non c'est vous qui devez deviner, nanananan, c'est moi qui décide de quand je vous le dis. Non, je trouve que c'est encore un peu tôt, peut-être que je vais vous le dire là, tout de suite! Attention! Eh ben non, et nan et nanananana bon, ça suffit, je suis pas une chanteuse à texte: Il est inventeur de matériel de cuisine). N'empêche, je suis toujours stressée quand il vient manger, je me dois de tenir mon rang. Mais par ailleurs, je veux finir ce qui traîne dans le frigo. Et bien sûr je veux aussi essayer de nouvelles recettes, et encore mieux: de nouveaux produits.
Je commence avec ces deux ingrédients:

9

L'ingrédient "reste": du vieux turron dont j'ai mangé trois fois, j'en veux plus ! Et le produit nouveau: de la poudre d'agar-agar à tester pour enfin, un jour, faire des bavarois mirifiques sans gelée de porc. Donc crèmes renversées: je choisis ce dessert car je n'arrête pas de cuisiner avec des œufs alors je veux tester l'agar-agar en remplacement d'un œuf sur les deux. Je prends la recette ?, celle dont je ne retrouve pas le site, désolée, bon, comme souvent, je prends la plus simple quand je fais une recette pour la première fois:

Préparation: 30 minutes (non, moins!)
Cuisson: 45 minutes

Pour 4:
30cl de lait
50 g de sucre en poudre
2 œufs
extrait de vanille (libre dosage)
30 g de beurre
sucre cristal

Beurrer 4 ramequins avec le beurre fondu (le beurre à température de doigt marche aussi); poudrez-les de sucre cristal (c'est sympa à faire). Portez à ébullition le lait avec la vanille, incorporer le sucre et mélanger. Hors du feu, ajouter les œufs battus. Préchauffer le four th. 5-6 (160°). Transvaser la crème dans les ramequins. Mettez à cuire au bain-marie. servez retournée ou non. C'est selon l'humeur.

Je fais fondre le turron dans le lait, donc je ne rajoute pas de sucre. J'incorpore un tout petit peu d'agar-agar en pluie, en fouettant bien pour éviter tout grumeau, puis un œuf battu, et au four. Mais je crois que j'ai mis trop d'agar-agar: ça a l'air de prendre, et pourtant je n'ai dû mettre q'un gramme, sérieusement! La paquet est de 15 g, et je l'ai à peine entamé! Il n'empêche que la consistance, même encore chaude, fait déjà épaisse je trouve. En effet, à la dégustation, je trouve la crème un peu trop "pro", ça fait style collectivité: le défaut des adjuvants de cuisine. Par contre, aucun problème pour démouler, belle tenue, belle brillance:

6

Pour faire plus riche, j'ai mis des pistaches concassées dessus, et là j'ai halluciné comme c'est facile d'écraser des pistaches avec un rouleau à pâtisserie!
Un bon petit dessert de tous les jours, frais et léger en somme ( le lendemain j'en ai refait, à la fleur d'oranger: toujours un œuf mais moins d' agar-agar. Bien sûr, cette fois, je n'en ai pas mis assez et elles étaient trop liquides, et l'agar-agar s'était agglutiné au fond des ramequins, ça faisait une galette de gélatine, mmhhh, super! Il est pas encore dans le frigo mon bavarois à trois étages!)
Donc quand mon père est venu, on a mangé les crèmes au turron, et "ça l'a très bien fait" comme disent les jeunes. Non, les jeunes, ils disent "ça le fait CHER". Et j'avais même oublié que j'avais fait des langues de chat pour aller avec! Trop facile.

Le dessert, ok, alors l'entrée: carottes au yaourt, recette parue dans le magazine Elle d'il y a trois semaines: les recettes cultes de Reine Sammut. J'adore le nom de cette femme, trop classe, pas comme le mien!
Reine Sammut dit: "C'est lors d'une croisière en Turquie que j'ai découvert cette recette. J'adore le yaourt turc au lait de brebis, épais et parfumé. Si épais que je le coupe parfois avec un peu de yaourt au lait de vache".
Ok, j'entends bien.

Préparation 10 minutes (c'est vrai)
Cuisson 5 minutes

Pour 6 personnes:
1 kg de carottes
10 cl d'huile d'olive
4 cuillérées à soupe de yaourt turc
1 cuillérée à soupe de mayonnaise
1 pointe d'ail haché
sel, poivre

(Le yaourt turc peut être remplacé par du yaourt de brebis grec).

1- pelez les carottes et râpez-les au robot, en pommes allumettes
2- Faites chauffer l'huile dans une sauteuse et faites-y blondir les carottes. salez, poivrez, retirez du feu et laissez refroidir
3- Mélangez le yaourt, la mayonnaise et ajoutez l'ail. Une fois les carottes refroidies, incorporez la sauce préparée. Servez frais.
Et voilà:

5

C'est top, et ceci pour plusieurs raisons que je ne vais pas manquer de vous énoncer: la coupe des carottes est super, plus grosse que la carotte râpée de self-service: les allumettes se tiennent droites, et ça ne gudule pas comme de la choucroute. Ensuite, la cuisson rapide dans un peu d'huile rend plus nuancée la couleur des carottes, selon moi un peu criante, et permet aussi d'éviter l'aspect crudité que je n'aime pas trop: le goût est plus subtil, ainsi que la texture. Mais que d'avantages! Bravo Reine Sammut! Et la sauce au yaourt est onctueuse et prend une belle couleur orange clair au contact des carottes. mais enfin, mais c'est vraiment le top!

Mes petits arrangements avec la recette: j'ai utilisé un yaourt à la grecque de chez Monoprix, rien à redire. je n'avais pas de mayonnaise, je l'ai remplacée par un filet d'huile d'olive dans le yaourt. j'ai ajouté du cumin, parce que c'est trop bon, et c'était trop bon. N'hésitez à préparer ces carottes la veille, c'est meilleur et ça vous libère la tête.

Bon alors le dessert ok, l'entrée ok. Je peux passer à la confection de canapés pour honorer l'apéritif de ce soir lancé par mon meilleur ami for ever, Sylvain, à l'occasion de la venue en France de la star internationale Marie-Carmen. Je saisis mes crayons, et designe des canapés super profilés comme si c'étaient des voitures de demain, en visualisant les courgettes et les quenelles de sardine s'harmoniser en totale complicité:

2

Je passe à l'action: J'épluche et coupe mes courgettes, je les enrobe d'un léger manteau d'huile d'olive. Je me saisis des quenelles, et là me rends compte que quand je les tranche, elles ne sont pas, mais pas du tout rondes comme prévu, mais plutôt aplaties d'un côté, ...d'ailleurs plus cuit que l'autre, enfin bon, ça ne le fait pas du tout comme sur le dessin! Je zappe les quenelles, mais j'ai mes tronçons de courgettes, bien au chaud dans leur petit manteau d'huile, alors je remplace au pied levé la malheureuse quenelle par un vieux crottin de chavignol, écrasé dans un peu de lait + persil émincé, sel poivre, thym, au four préchauffé th 7 pendant 10 minutes, et là:

10

Total succès de ces canapés tout ce qu'il y a de diététique, sans être des crudités! Tant mieux pour moi! En plus c'est joli: Doun, cet esthète raffiné, en plus d'être mon véritable meilleur ami, a même cru au départ que c'étaient des sushis (sauf que ça prend que 10 minutes à faire).
Mon analyse gustativologique: le dévouement à la limite de l'effacement de la courgette vient tempérer le caractère de cochon du vieux crottin de Chavignol resté quelques semaines dans le frigo, quel bel accord! En aparté, ne croyez pas que je ne nourris mes amis que de vieux restes de frigo! Mais non, je ne le fais JAMAIS! Que hier!
Bon, ben je ne m'y attendais pas mais:

81

Voilà que ça recommence! Et allez, et bla et bla et bla, mais nous n'avons bu presque que du vin cette fois, quel progrès!
Rappellons-nous qu'à midi trente, mon père et ma belle-mère arrivent. Autant vous le dire, les courses du matin, je les ai faites à midi, et plutôt dans le brouillard. Je vais chez Maréchal (moyenne surface locale) chercher des pommes de terre, et j'oublie d'en prendre. Je m'en rends compte sur le chemin du retour, je vous promets, il faut le vivre, c'est trop la loose!
Ensuite, je voulais faire du carpaccio, mais mes bouchers n'avaient pas le bon morceau, et ils ne le tranchent pas de toutes façons, car ils pensent qu'il faut laisser la viande au congélateur une demi-heure avant de pouvoir la trancher à la machine à jambon. Cela ne remet bien sûr pas en cause la confiance que j'ai en mes bouchers. Donc je prends des entrecôtes, c'est tellement plus simple et plus banal, et la prochaine fois je suivrai la technique postée par Sergio dans les commentaires sur le carpaccio des culinotests, et je couperai moi-même la viande, et puis voilà quoi!
je tiens à signaler la parfaite cuisson des petites pommes de terre nouvelles, variété amandine, que j'ai servi en accompagnement (avec la peau). Ma technique, classique, mais ça peut toujours servir à quelqu'un: faire bouillir les pommes de terre dans une grande marmite d'eau salée pendant une petite dizaine de minutes, préchauffer le four à th.7, mettre quelques noisettes de beurre dans un plat à four, égoutter les pommes de terre, les transvaser dans le plat, sel, poivre, enfourner. Au bout de 10 minutes, remuer les pommes de terre de manière à les enrober de beurre désormais fondu, puis remuer de temps en temps pour que les pommes de terre dorent sur toutes les faces. Temps de cuisson au four: une petite demi-heure, à vous de juger, à l'odeur, c'est le plus précis, et à la pointe de couteau, c'est le plus sûr.
En fait les pommes de terre étaient dès le départ de toute beauté, je les ai finalement achetées chez le maraîcher des halles de la Martinière, avec à la main un plein sac de légumes de chez Maréchal que j'essayais de cacher derrière le petit sac de la boucherie, ça fait toujours classe.

7

C'était un charmant repas, suivi d'une petite promenade digestive, et d'une bonne grosse sieste, trop moelleux!
Et maintenant, finie la tournée des bars, à moi la tournée des blogs!

PS: L'alcool et la cigarette sont dangereux pour la santé.
PS2: un SOS technique: j'adorerais faire des lien hytpertexte directement sur les mots de mes messages, mais comme j'ai un mac, mon éditeur de message est restreint et ne me le propose pas. Quelqu'un aurait-il les lignes de code html correspondantes à un lien hypertexte? je crois me souvenir que c'est style "go tu url:// etc etc" , mais vous voyez, c'est pas très précis, je doute que ça marche.
par avance, à la perle rare qui aime la cuisine ET le code html, bravo et merci!

Je termine ce message par un clin d'œil à Dorian. Il a eu la gentillesse de me demander quelque chose, ce qui est en soi courageux! Et ensuite de publier l'illustration de muffins à la myrtille que j'avais si peur de rater! Qu'il en soit ici (aussi) remercié!
Quand j'ai commencé ce blog, je ne savais pas trop comment il pouvait être perçu par ses éventuels futurs visiteurs. Et je voulais rendre hommage aux sites tellement bien faits, tellement sincères, qu'ils m'avaient convaincus d'essayer de participer à cette aventure humaine. J'ai donc envoyé quelques mails de demande d'accord pour faire apparaître des liens amis sur mon blog. j'avais remarqué le tutoiement majoritaire dans les commentaires et messages, mais je me suis sentie toute petite au moment d'écrire, par exemple, à Mercotte. J'ai donc vouvoyé. Vous ne pouvez pas imaginer l'adrénaline quand j'ai cliqué sur le bouton envoyer, et puis allez tant pis, foutu pour foutu! pour le cas Dorian, son site fait tellement envie, les photos, les réalisations, la présentation, c'est un peu à cause de lui que je me suis justifiée de mes dessins dans le premier post! C'est horrible de proposer à un perfectionniste talentueux et virevoltant d'aller faire un tour sur votre site, heu, beaucoup moins classe on va dire! Et à chaque demande de lien, les mêmes comparaisons qui me faisaient douter, mais l'envie encore plus forte de sauter dans le vide! Et je n'ai reçu que des réponses pleines d'encouragement et de chaleur, alors encore une fois et tout simplement, merci à tous!